Je dis en jardin permaculturel mais dans toute création de jardin on devrait penser « design » dès la conception.

Quand nous sommes arrivés chiez nous, nous étions tellement contents d’avoir enfin un jardin que nous sommes partie directement sur ce qui nous semblait le plus « logique ». En fait dans la précipitation nous avons mis notre potager dans un endroit qui n’est finalement pas adapté, où les légumes ne poussent pas aussi bien qu’ailleurs sur le terrain.

Observer

J’ai souvent lu qu’il faut attendre 1 an avant de se lancer, voir toutes les phases du jardin, du lieu. Le voir dans tous ses états pendant toutes les saisons. Ça me paraissait long mais à l’usage j’ai bien vu qu’il faut ça pour bien identifier les endroits secs, les endroits qui retiennent l’humidité, les poches de froid, les coins toujours à l’ombre… Je pensais connaitre le climat du coin mais où je suis il y a toujours plus d’eau et il fait toujours plus froid de 2°C que à 5 km de là. Et oui il y a des variations, des microclimats car j’habite un village entouré d’un fleuve et ça change tout.

Pour dire vrai c’est au bout de 5 ans que je connais vraiment ce terrain et ses « zones ». Nous sommes en train de repenser totalement le lieu et définir autrement notre espace.

Optimiser

En design permaculturel on nous dit aussi de mettre à proximité de la maison ce dont on doit s’occuper régulièrement (le potager, les poules si on en a) et on met plus loin ce qui demande moins de soin (arbres fruitiers par exemple). Ca parait d’une évidence absolue comme ça. Je me suis dit en mettant mes plantes aromatiques que je n’étais pas à quelques pas près tout de même. Sauf que quand il pleut et que je vais chercher du thym pour ma cuisine, je comprends que j’aurais gagné à designer le lieu avant.

Recycler

En permaculture on essaie du mieux qu’on peut de créer un cercle vertueux de recycler sur place. De fait nous avons mis les bacs à composts à proximité du jardin potager A la longue c’est aussi une erreur car c’est avant tout la cuisine qui alimente les bacs à compost de la manière la plus régulière (plus que le gazon tondu ou les feuilles qu’on ramasse).

Adapter

Mais le maître mot c’est bien d’adapter, ce que je vous raconte ici comme expériences sont nos ressentis avec nos façons de faire, mais il faut adapter à chacun. Chaque famille aura son mode de fonctionnement, ses besoins et donc son design.

Ne pas faire comme tout le monde

La grande « mode » il y a quelques temps était « les buttes de culture ». J’ai testé et j’ai mal anticipé le lieu pour les faire. Je les ai faites à proximité d’arbres fruitiers dont les racines se sont développées dedans au point que je ne peux plus y déterrer les légumes racines. En avais-je vraiment besoin ? Non pas vraiment !

En même temps c’est bien aussi d’apprendre de ses erreurs, mais on évite beaucoup de temps et d’énergie perdue en pensant bien son design en amont. Et vous, avez-vous penser le design de votre jardin avant de vous lancer ?

S'inscrire à la newsletter

Restez informez, recevez les derniers billets directement dans votre boite mail.

Et abonnez-vous  à la chaîne YouTube :

 




Vérifiez votre boite mail et cliquez sur le lien, dans le mail que vous aurez reçu, pour confirmer l'inscription.

Pin It on Pinterest