Il n’y a de ça que 5 ans en arrière quand on parlait permaculture on entendait souvent « perma quoi ? ». Sorti de la ferme du Bec Hellouin en Normandie, du jardin des fraternités ouvrières en Belgique ou encore de Sepp Holzer en Autriche, on n’avait assez peu d’informations.

Et aujourd’hui on a de quoi faire, même des chaînes youtube sur le sujet ! Comme par exemple permaculture agroécologie etc… que j’aime beaucop avec plus de 35.000 abonnés et des groupe facebook comme permaculture qui approche des 40.000 membres. Terre Vivante avec son magasine les 4 saisons du jardin bio a aussi sorti un hors série sur le sujet débuter en permaculture.

C’est dire si l’engouement autour de la permaculture est important. Aujourd’hui plus personne ne fait des yeux écarquillés quand on évoque cette technique de culture. Beaucoup de jardinier (même du dimanche) commencent à se lâcher et tester des choses dans son coin. Et j’avoue que c’est une vraie joie de partager ses réussites, comme ses échecs, avec cette communauté permaculturelle.

Les mentalités évoluent très vite et ça donne bon espoir de voir s’implanter de plus en plus de maraicher en permaculture. Les formations sont bondées ça laisse songeur !

La permaculture sur une petite surface

« Je ne peux pas m’y mettre mon jardin est trop petit ». Non, non ne croyez pas ça Joseph Chauffrey l’a fait dans son petit jardin de 150 m² en ville ! Et il en a même fait un livre où il nous donne toutes ses astuces pour un jardin permaculturel en ville. 300 kg de légumes et de fruits récoltés sur sa petite surface. Il ne bénéficie pas spécialement d’un climat spécialement chaud il habite en Seine Maritime.

Il y a fort à parier que si vous vous intéressez au sujet de la permaculture vous l’ayez déjà vu dans un reportage ou lu un article sur lui. Vous pouvez aussi le retrouver sur sa page facebook.

Alors comment fait-on un potager hautement productif sur une petite surface ?

  • On travaille bien les rotations de culture, on densifie au maximum
  • On fait grimper les courges au toit, on utilise les 3 dimensions
  • On a un planning de semis pour optimiser la succession des cultures
  • Une petite serre et des voies de forçage pour allonger la saison de culture

Voilà un livre inspirant car si Joseph Chauffery peut le faire sur un petite surface comme ça, alors pourquoi pas nous ? Il suffit peut-être s’oser s’y mettre et faire preuve d’observation et d’imagination !

Retrouvez tous les détails dans son livre

S'inscrire à la newsletter

S'inscrire à la newsletter

Restez informez, recevez les derniers billets directement dans votre boite mail.

Et abonnez-vous  à la chaîne YouTube :




Vérifiez votre boite mail et cliquez sur le lien, dans le mail que vous aurez reçu, pour confirmer l'inscription.

Pin It on Pinterest